La révolution des paiements européens

La zone SEPA poursuit son intégration, avec de nouvelles règlementations, de nouvelles exigences et échéances, de nouveaux acteurs et de nouveaux produits et services communs. Cependant, malgré les nombreuses avancées, innovations et investissements réalisés depuis le lancement de l’euro, en 2002, et depuis la DSP1, en 2007, l’intégration des marchés dans la zone SEPA reste à finaliser pour produire ses fruits. L’Europe des paiements demeure une coexistence ouverte de marchés nationaux, mais sans intégration réelle, malgré l’harmonisation des règlementations et de nouveaux instruments de paiement communs tel l’Instant Payment. La DSP2, avec l’agrément de nouveaux acteurs et de nouvelles règles du jeu, notamment en termes d’accès aux données clients dans les banques et en termes d’authentification, vise à y répondre et à « soutenir le développement des services de paiement en les encadrant légalement ». Une nouvelle révolution s’annonce ! Parallèle à l’évolution technologique 2.0 lié au digital et l’annonce de la révolution 3.0 des blockchains. Ainsi, dès janvier 2018, un nouvel environnement de services de paiement, où cohabiteront les banques, les services d’information sur les comptes (AIS) et les services d’initiation de paiement (PIS), a été instauré....

5 février 2018|Edito|

Les nouveaux enjeux européens des paiements

A l’heure où ces lignes sont écrites, suite à l’élection présidentielle, la France a maintenu le cap vers l’Europe. Mais, cette élection a montré que l’Europe reste un concept pour une bonne part des français, qu’ils n’en comprennent pas le projet, n’en perçoivent que les contraintes et peu les bénéfices. Avec le Brexit, l’Europe a démontré qu’un front commun était possible entre les États pour sauvegarder les acquis, voire pour les approfondir. C’est une opportunité majeure qu’il faut saisir pour aller plus loin dans l’intégration européenne, pour affirmer la souveraineté européenne, pour faire réapparaitre le projet sous-jacent et pour en apporter les bénéfices aux peuples Européens. Mais, il reste à préciser les contours de la future Europe encore en gestation. C’est le cas notamment en matière de paiement. L’Europe des paiements reste pour le moment une juxtaposition de systèmes nationaux, sans grande consolidation, technologique ou bancaire, à quelques exceptions près, sans grands flux transfrontières, sans outil majeur d’interopérabilité, sauf en matière de cartes, même si des progrès ont été réalisés en termes de règles, d’instruments et de standards ; et en matière de monétique, cette...

17 mai 2017|Edito|

Pour un Paris Europlace des Paiements

Le Brexit constituerait une mauvaise nouvelle pour l’Europe, qui perdrait, contre son gré, un bastion de sa stratégie économique et financière, même si le Royaume-Uni avait déjà opté pour la non-participation à l’Union monétaire, et le scénario du « Hard Brexit », s’il était choisi, comme on l’entend ici ou là, constituerait une rupture définitive, malgré les aménagements de circonstance¹. Dans le domaine Financier, Londres a cependant pris le temps de faire jouer l’article 50, certes pour se préparer à la négociation et profiter du calendrier électoral continental, voire britannique, mais aussi, in petto, pour permettre à la Bourse de Londres de prendre ses dispositions et finaliser notamment son accord avec celle de Francfort, sans y associer Paris. Pour le marché, ce serait le « Global Britain », et pour le passeport européen, qui deviendrait lettre morte, « on interviendra en Europe comme partout dans le monde, tout simplement, en application des règles locales», comme le dit la presse anglaise. L’accord avec Francfort offrirait alors un point d’appui continental sérieux pour le futur. Dans la redistribution des cartes qui ne peut que s’ensuivre, Paris a...

15 décembre 2016|Edito|

Une année clé pour le futur du SEPA

En cette rentrée 2016, nul doute que le « politique » a pris le pas dans la construction européenne, désormais très incertaine, malgré de nombreuses avancées au plan opérationnel. Le politique, c’est le Brexit bien sûr, qui pourrait remettre en cause le processus de la construction européenne, par un retrait annoncé du Royaume-Uni, après une quarantaine d’années au sein de l’Union, et c’est également le débat sur la poursuite des discussions sur le TTIP (TAFTA), qui reviendrait à instituer un droit international nouveau dans les échanges commerciaux entre l’Union Européenne et les États-Unis, et par ricochet, au sein de l’Union Européenne remplacer certains de ceux établis historiquement au sein de la zone économique européenne. C’est le contexte « politique » interne des grands pays européens, avec les élections en cours ou annoncées en Allemagne et France, mais aussi en Espagne, Autriche, Italie… et même à terme au Royaume-Uni, et la montée des « populistes » favorables à une déconstruction, voire à une sortie de nombreux États de l’Union économique, ou de l’Union monétaire (c’est également le cas aux États-Unis, où le retour à un protectionnisme...

13 septembre 2016|Edito|

Une rentrée chargée, une année de forte transition

Après la migration au SEPA de l’été 2014, et même avant l’adoption de la DSP2 et les deux prochaines échéances de migration de 2016, pour les instruments dérogatoires, et 2017, pour les pays hors zone euro, nous avons pu constater une accélération du jeu des acteurs des paiements en Europe. Et ce mouvement se poursuit. Les plus grands s’interrogent sur leur futur dans le nouvel espace européen, « être ou ne pas être » ; certains ACH domestiques se sont regroupés autour d’un projet d’interopérabilité, avec EQUENS en tant que PEACH, alors que l’ABE-Clearing tente de conserver son leadership et que STET dévoile une stratégie européenne, dite SEPA.EU ; certains schemes cartes domestiques se sont rassemblés autour d’une association européenne, pour préparer une interopérabilité éventuelle alors que Visa Inc est en discussion très avancée avec VISA EU pour son rachat ; enfin, quelques grands industriels européens ont rêvé à des opérations de haute voltige, comme Ingenico tentant de racheter World Pay, ce qui n’a pas abouti. Enfin, une profonde recomposition du paysage des institutions européennes des paiements est également en cours, avec un repositionnement de l’EPC comme scheme du SDD et...

2 août 2016|Edito|